Biographie

Auteur, compositeur, interprète, chroniqueur littéraire et globe-trotter, Tristan Malavoy a, depuis toujours, les mots et la musique pour unique fil d’Ariane. Son premier album, Carnets d’apesanteur (Audiogram/Coronet Liv, 2006), est salué unanimement par la critique qui s’éprend d’une voix caressante ainsi que de cette façon qu’a le chanteur de jouer des tours au folk et à la pop sans sacrifier l’essence d’une parole capable de scruter la vie intérieure. Un spectacle tiré de ce disque sera présenté sur de nombreuses scènes, dont celle des Francofolies de Montréal à trois reprises.

Tristan Malavoy fait paraître trois recueils de poèmes aux Éditions Tryptique: L’œil initial (2001), Les chambres noires (2003) et Cassé-bleu (2006), dont il dit des extraits devant public à de nombreuses occasions. Il sera d’ailleurs porte-parole de la Nuit de la poésie 2010, en plus de compter parmi les 40 poètes qui défileront sur la scène du Cabaret Juste pour rire lors de cet événement historique. Il se retrouve en 2011 parmi le prestigieux groupe d’auteurs qui apportent leur pierre au collectif Amour et libertinage (Les 400 coups). Sa poignante nouvelle «Le bibliothécaire de l'hôtel de ville», parue au sein du collectif Être un héros (La courte échelle), lui vaut la même année de beaux éloges de la part de jeunes et moins jeunes lecteurs.

Parolier, il signe le texte de la chanson-titre de l’album Cœurs migratoires de Catherine Durand. Les mots de Malavoy trouvent également leur place parmi les répertoires de Stéphanie Lapointe et Lynda Thalie.

Se jouant des étiquettes et des frontières, Malavoy donne rendez-vous en 2007-2008 à des poètes et chanteurs de toutes les partances sur le Quai no. 5. Parmi eux, Mara Tremblay, Yann Perreau, Ivy et Fredric Gary Comeau. Créée au Festival international de la littérature (FIL), puis présentée aux Correspondances d’Eastman ainsi qu’au Salon du livre de Québec, cette rare rencontre entre musique et littérature participe d’une volonté sans cesse poursuivie de faire goûter la poésie au plus vaste public.

Mai 2012 marque le retour sur disque de l’auteur-compositeur-interprète. Réalisé par Alexis Martin, Les éléments jette une mélodique couleur pop sur les textes de Malavoy. Sans déserter les territoires méditatifs qu’il avait foulés sur Carnets d’apesanteur, l’artiste embrasse plus que jamais la forme chansonnière, mesurant ici la force gravitationnelle qui, au cœur de la ville, empêche les amoureux de se désunir (Ville Marie), esquissant ailleurs le portrait d’un vendeur de journaux (Une vie nouvelle).

Dans une vie parallèle, Tristan Malavoy a été chef de pupitre arts et livres à l’hebdomadaire Voir, de 2003 à 2010, puis rédacteur en chef national, de janvier 2010 à juin 2012. Il y tient toujours la chronique livres, dans l’édition papier ainsi qu’à l’émission du même nom diffusée sur les ondes de Télé-Québec.